| Déontologie |

L’exercice du métier de coach implique un certain nombre de principes et de valeurs.

> Confidentialité
trait
Ce qui est dit lors d’une séance de coaching ne sort pas de ce cadre. Sans cette confidentialité, il ne peut y avoir de relation de confiance, et sans cette confiance, le coaching ne peut pas fonctionner.

> Bienveillance
trait
Sans doute la plus simple et la plus essentielle des qualités en accompagnement, qui consiste à « porter sur autrui un regard aimant, compréhensif, sans jugement, en souhaitant qu’il se sente bien, et en y veillant » (j’emprunte cette définition à Catherine Gueguen).

> Respect de la personne
trait
Il s’agit d’accepter la personne dans son ensemble, avec la vision du monde, les processus de pensées et les comportements qui lui sont propres. C’est aussi accepter son rythme d’évolution, sa volonté d’avancer ou pas, ainsi que les limites qu’elle souhaite ne pas franchir.

> Neutralité
trait
Le coach n’est pas là pour défendre les intérêts de qui que ce soit. Ni ceux de l’employeur qui finance le coaching, ni ceux du salarié face à son employeur. Le coach a simplement pour mission d’accompagner la personne dans l’atteinte d’objectifs définis au préalable.

> Autonomie
trait
Le coaching vise à rendre la personne autonome dans ses choix et dans ses actes. Un coach qui instaure une relation de dépendance avec son coaché n’est pas un coach mais un gourou.

> Limites
trait
Il s’agit tout d’abord des limites du coaching, qui ne peut pas répondre à toutes les problématiques. Le coach doit en avoir conscience, et dans un tel cas, orienter la personne vers un autre type d’accompagnement. Mais le coach, aussi expérimenté soit-il, doit aussi reconnaitre ses propres limites, et accepter parfois que, malgré toutes les valeurs précitées, et toute sa bonne volonté, le coaching peut aussi échouer.

> Supervision
trait
Comme tout professionnel du coaching, je suis moi-même accompagné par un coach plus expérimenté dans le cadre d’une supervision individuelle, qui me permet d’avoir un regard extérieur sur ma pratique. Un bon coach est toujours coaché.

 

Afficher des principes est une chose, les incarner en est une autre. Dans notre société d’aujourd’hui, arborer des valeurs relève souvent plus d’une stratégie de communication que d’un réel positionnement déontologique. En matière de coaching, c’est simple : sans ces principes, il ne peut y avoir d’accompagnement efficace.